Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 06:51

Pourquoi une telle exposition au Ploreau

en partenariat avec l'ONACVG ?

 

La résidence a été labélisée par l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) en 2002.

Au 31 décembre 2011, 75 établissements, dans 47 départements, ont été labellisés.

 

Pour l’heure, la résidence du Ploreau est le seul EHPAD de la Loire-Atlantique qui s’est vu décerner cette distinction. La cérémonie, placée sous la présidence de M. Jacques FLOCH, alors Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, s’est déroulée le 1er février 2002.

 

 

 

Onac

 

Pour aller plus loin, cliquez sur les liens :

www.onac-vg.fr    www.bleuetdefrance.fr

 

 

Mardi 20 Novembre, nous recevions Evelyne Pinthier, Directrice départementale de l'ONAC, accompagnée de Léon Chéneau et Yves Le Tourdu, vices-présidents de l'ONAC (et sur la photo à coté du directeur, M Loison, résident et ancien combattant). 

 DSC04578DSC04580

 Le thème de cette exposition porte sur "Bir Hakeim", grand tournant de la France libre (mai-juin 1942). 

 

 

Petit rappel historique 

Bir Hakeim, parfois orthographié anciennement Bir Hacheim ou Bir Acheim ; traduction de « puits du sage ») est un point d'eau désaffecté au milieu du désert de Libye, auprès duquel avait jadis existé un fortin turc. Pendant seize jours, du 26 mai au 11 juin 1942, la première brigade française libre du général Kœnig y résista aux attaques des armées motorisées italiennes et allemandes (l'Afrika Korps) du général Rommel. Le répit ainsi gagné par les Français libres permit aux Britanniques, en mauvaise posture, de se replier et de triompher par la suite à El Alamein. Le général Saint-Hillier dira en octobre 1991 dans un entretien : « Il fallut qu'un grain de sable enrayât l'avance italo-allemande, qui n'atteignit El-Alamein qu'après l'arrivée des divisions britanniques fraîches : le grain de sable s'appelait Bir Hakeim. »

 

 

L'ONAC en quelques mots...

 

L’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre est le produit d’une longue histoire, ses origines remontent à la Première Guerre mondiale.

 

Dès 1916, devant l’urgence des souffrances nées des opérations militaires de 1914 et de la longue guerre des tranchées, très coûteuses en vies humaines, un office est créé pour apporter, sans délai, une aide individualisée aux mutilés et réformés de guerre.  

L’année suivante, les conséquences désastreuses du conflit conduisent le Législateur à instituer un deuxième office, mais pour assurer, cette fois-ci, la protection des pupilles de la nation.

Puis, au sortir de la Grande Guerre, dont le bilan humain fait encore frémir de peur – du côté français,

1 million 400000 morts, plus de 3 millions de blessés, des centaines de milliers de veuves et d’orphelins -, l’Etat aura à cœur d’exprimer la reconnaissance de la Nation à tous ses combattants. De cette volonté naît, en 1926, l’Office du combattant.

La dernière étape de cette construction est la fusion de ces trois organismes en un seul établissement auquel, un décret du 17 juin 1946 donnera son appellation actuelle, l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG).

Aujourd’hui, l’ONACVG est un établissement public d’Etat, placé sous la tutelle du ministère de la Défense, qui s’appuie sur des structures complémentaires (une direction générale, 105 services de proximité, 9 écoles de reconversion professionnelle, 8 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et qui fonctionne sur un mode de gestion paritaire. Le monde combattant a sa juste place dans les instances qui prennent les décisions qui le concernent. Il siège au sein du Conseil d’administration national comme dans les Conseils départementaux.

Au fil des conflits successifs qui ont marqué l’Histoire de la France, les activités de l’ONACVG n’ont cessé d’évoluer pour s’adapter au contexte à la fois économique, social et administratif. Au contraire, sa mission, résumée dans sa devise « Mémoire et Solidarité », est demeurée la même, « veiller aux intérêts matériels et moraux de ses ressortissants ».

Le service départemental est le guichet de proximité où chaque ressortissant est accueilli, consulté, orienté et aidé dans ses demandes et démarches les plus diverses à finalité sociale, administrative ou mémorielle.

 

Il instruit les demandes relatives à la reconnaissance des droits des anciens combattants et victimes de guerre (cartes, titres de reconnaissance de la nation,...), délivre des aides, secours et prêts sociaux à ceux qui en ont besoin, agit en liaison avec les services de l’État, les collectivités territoriales et les associations pour favoriser le travail de mémoire et sa transmission aux jeunes générations.

 

En outre, fort de son réseau d’écoles et de maisons de retraite réparties sur le territoire national, l’ONACVG est un acteur, à part entière, de la reconversion professionnelle et de l’hébergement des personnes âgées.

 

Toutefois, en ce qui concerne l’accueil de ses ressortissants âgés, les quelque 600 places offertes par les 8 EHPAD de l’ONACVG sont insuffisantes pour répondre aux besoins constatés.

 

C’est pourquoi, pour compléter la capacité et densifier le maillage territorial de ses propres EHPAD, l’ONACVG développe un réseau d’établissements publics ou privés qu’il distingue par le label « Bleuet de France ».

Les candidats sont retenus sur des références communes à tous les EHPAD : la sécurité matérielle et médicale, le bien-être, la préservation de l’autonomie des résidents, la qualité des prestations fournies et la bientraitance. De plus,  en sollicitant leur adhésion à la charte du « Bleuet de France », les maisons de retraite prennent un double engagement : ouvrir leurs portes de façon privilégiée au public de l’ONACVG et promouvoir les valeurs civiques et morales attachées au Bleuet de France.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Annah 05/11/2015 16:10

Félicitations a vous

Christine Kooman 23/11/2012 08:14

toutes mes félicitations!

Présentation

  • : Le blog de la Résidence du Ploreau
  • : Ce blog de la Résidence du Ploreau, créé en mars 2011, a comme objectif de communiquer vers l'extérieur, principalement avec les familles en leur donnant des informations régulières... N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions ! Site de l'association : www.residenceduploreau.com
  • Contact

Ce blog de la Résidence du Ploreau a comme objectif de communiquer

vers l'extérieur, principalement avec les familles

en leur donnant des informations régulières... 

  

N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions  !

 

DSC08254DSC04236

 

La Résidence du Ploreau, maison de retraite médicalisée (EHPAD), située à La Chapelle/Erdre, acceuille 97 résidents (dont 14 dans son Unité alzheimer "Les Valérianes") et offre des possibilités d'accueil en journée.

 

Dans le parc de la résidence, une crèche "Les Petits Pas du Ploreau" avec ses 20 enfants, permet de favoriser les échanges entre les générations.    

 

 

  

 

 

Recherche

Nous contacter

 

 Résidence du Ploreau

 2 rue Emile Launay

 44240 La Chapelle sur Erdre

Tel : 02 40 72 00 10

Fax : 02 40 72 84 70

Mail direction : direction.ploreau@orange.fr

Mail secrétariat : secreteriatploreau@orange.fr